Coupé-décalé (1/6 et 3/6).

Un motif apparaissant dans la fourrure demeure brouillé par le mouvement des poils. C’est grâce aux qualités intrinsèques à sa teinte naturelle, la grisaille du blanc au noir que le motif est révélé par découpe et rasage sur lapin sauvage.

Œil de paon (4/6).

Les couleurs de l’intérieur des poils sont rendus visibles et se déclinent comme des petits spectres de lumière.
La fourrure de lapin est uniquement percée. Dans une seule peau se retrouvent plusieurs espèces animales.

L’exocet (2/6 et 5/6).

Dans l’habillement, la dentelle est comme la première peau tandis que la fourrure la dernière. Ici elles se confondent en une seule matière : la dentelle est traversée par les poils de lapin.

Croix de peau (6/6).

Le motif organise une géométrie dans la fluidité des poils de l’animal. Par la sérigraphie, le motif du pied-de-poule renverse le côté fleur en côté chair.

Photographie de Ilan Weiss

                         Croix de peauCroix de peau